Je suis un guépard, Philippe Hauret

Résumé de l’éditeur

Le jour, Lino, employé anonyme d’une grosse boîte, trime sans passion au 37e étage d’une tour parisienne. La nuit, dans son studio miteux, il cogite, désespère, noircit des pages blanches et se rêve écrivain… Un peu plus loin, Jessica arpente les rues, fait la manche et lutte chaque jour pour survivre. Deux âmes perdues qui ne vont pas tarder à se télescoper et tenter de s’apprivoiser, entre désir, scrupule, débrouille et désillusion… Jusqu’au jour où Jessica fait la connaissance de Melvin, un jeune et riche businessman qui s’ennuie ferme au bras de la somptueuse Charlène. Deux univers vont alors s’entremêler pour le meilleur et surtout pour le pire…

AU FOND DE LUI, LINO SAVAIT BIEN QU’IL ÉTAIT COMME LES AUTRES, MARQUÉ AU FER, MENOTTÉ À VIE, UN ESCLAVE AUTONOME.

Mon avis

Une nouvelle fois Philippe Hauret montre son talent d’écrivain dans ce roman qui dépeint des vies ordinaires qui basculent.
C’est de la vie de Lino qu’il s’agit, employé de bureau ordinaire qui mène une existence morne, partagé par son quotidien terne et son ambition d’écrivain qui reste une velléité d’adolescent. Jusqu’au jour où il rencontre Jessica.
À partir de là, sa vie va se retrouver chamboulée, dans le bon sens… et dans un autre sens également.
Dans ce roman noir, Philippe Hauret met à mal notre société et ce qu’elle produit: un sentiment de malaise permanent et diffus. Ces individus se retrouvent dans l’espoir qu’il en sorte quelque chose qui les fera s’élever, changer. Mais, souvent, rien de bien n’en ressort.

Les lampadaires défilent, l’air est tiède, je n’ai nulle part où aller. Alors je cours, je cours, je suis un guépard, rien ne m’arrêtera.

Je suis un guépard, Philippe Hauret, Jigal Polar, 216 pages, 18 €

Laisser un commentaire