Peace and death

Résumé

Y a-t-il eu un meurtre à la résidence pour personnes âgées Les Lilas ? C’est la première question que se pose la lieutenant Céleste Alvarez en se rendant sur les lieux aux aurores. Odette gît, fracassée, au bas d’un escalier auquel elle n’aurait jamais dû avoir accès. Comment a-t-elle pu arriver là en pleine nuit ? L’enquête s’annonce complexe et les témoignages plutôt flous : le personnel est surchargé de travail, quant aux autres pensionnaires, ils semblent tous un peu perdus… Dans sa chambre, Colette, elle, rêve de Rob, encore et encore : le ranch au Nevada, le Flower Power, San Francisco, la liberté, sa vie rocambolesque avec lui… Au cours de ses investigations, Alvarez va découvrir quelques incohérences qui, insidieusement, vont la conduire sur les traces d’une folle cavale entre le continent américain et la France… Avec l’amour pour feuille de route et la mort en filigrane…

Mon avis

Il n’y a pas que la canicule ou la covid19 qui tuent dans les maisons de retraite.
Céleste Alvarez est bien placée pour le savoir puisqu’on l’appelle au petit matin pour se rendre aux Lilas, maison de retraite, où l’on a retrouvé une patiente décédée de façon suspecte.
Flic peu commune, Céleste enquête, suspectant un meurtre alors que les indices tendent à monter qu’il s’agit d’un accident. Mais on ne la fait pas à Céleste, et ce n’est pas un fâcheux contretemps qui va l’empêcher de mener son enquête, car c’est de cela qu’il s’agit : c’est son enquête, même si, lui dit-on, il n’y a pas lieu d’avoir enquête, parce qu’il n’y a pas eu de meurtre.
Patrick Cargnelutti nous fait suivre l’histoire de ces deux héroïnes, à deux époques différentes. La superbe histoire de Colette fait écho à la vie de Céleste. On s’attache à ce roman dans le roman, à cette passion qui a traversé les ans pour finalement s’ancrer dans le XXIe siècle.
Peace and death est un excellent roman noir policier. L’enquête menée par Céleste Alvarez est passionnante.
Assurément un premier grand roman pour Patrick Cargnelutti.

Peace and death, Patrick Cargnelutti, Jigal Polar, 344 pages, 19€

Pour en savoir plus sur l’écriture de ce roman, rendez-vous avec Patrick Cargnelutti sur : https://www.france.tv/france-3/un-livre-un-jour/330605-peace-and-death-de-patrick-cargnelutti-jigal-polar.html

Une succession faite de bois dur

Résumé

En Afrique centrale, dans la région des Grands Lacs, mercenaires, barbouzes, fonctionnaires occidentaux corrompus et chefs de guerre cupides s’en donnent à cœur joie, détruisant impitoyablement un pays et ses habitants. Les hommes droits, comme Egbéblé, chef de village qui veut venger sa fille, ou Pelletier, ingénieur agronome qui fourre son nez où il ne faut pas, ne sont que des pions sacrifiés sur l’autel du pouvoir et de l’argent. Même les exploiteurs et les comploteurs minables, manipulés par plus puissants qu’eux, ne sortiront pas indemnes du cœur des ténèbres, et le lecteur assiste, impuissant et révolté, au délitement de l’âme et du monde.

Mon avis

Succession est le deuxième roman de Patrick Cargnelutti ; difficile de succéder à Peace and death qui était un très bon roman noir policier.

Dans ce nouveau roman, il est question de l’exploitation (parfois illégale) du bois dans une dictature imaginaire d’Afrique. Il est aussi question, de la France-Afrique, des rapports entre politique et économie, de toutes les formes de successions possibles: prendre la place de son père à la tête d’une entreprise, prendre la place de l’ancien président de la République, destituer un dictateur pour prendre sa place, prendre la place de son père pour assouvir sa vengeance…
Patrick Cargnelutti tisse, avec ironie et humour, une toile très dense d’intrigues reliées les unes aux autres en une histoire commune.
Succession entraîne le lecteur au cœur de l’Afrique, dans ces forêts denses et impénétrables où toutes les magouilles sont possibles.
Réaliste jusque dans ses plus petits détails, Succession est bien plus qu’un simple roman, c’est un plaidoyer pour l’Afrique, la nature, la planète.

L’auteur

Patrick Cargnelutti vit à Carhaix (29). Passionné de musique, de littérature et de peinture, il s’intéresse la politique et à l’écologie. Ancien infirmier en psychiatrie, après de nombreux engagements associatifs, il co-fonde en 2013 le webzine littéraire Quatre Sans Quatre et crée l’émission de radio « Des polars et des notes ». Auteur de Peace and Death (Jigal Polar, 2017), il est lauréat du prix Dora-Suarez de la nouvelle 2017 pour « Amin » (Enfantillages, AO).

Succession, Patrick Cargnelutti, Piranha noir, 368 pages, 20,90€