Littérature, thrillers, polars, suspense, SF, fantasy... Le rendez-vous de toutes les littératures

Mois : juillet 2019

Demande à la savane

Roman noir au Kenya

Article mis en avant

Résumé

Alors que, nuit et jour, Nairobi feule de plus en plus fort, Cœur léger, policier sans police, et son amie Jane, brillante reporter au Daily Nation, Demande à la savanepartent dans le Samburu Park au nord du Kenya, enquêter sur un nouveau massacre d’éléphants. C’est alors qu’ils tombent sur un carnage d’un tout autre genre : celui d’écoliers d’un pensionnat en lisière du parc, assassinés par un groupe armé venu de Somalie. Dans cette poisseuse savane, tombent les mangues et les dernières illusions… Complicité des gardes ? Naïveté des donateurs ? Braconniers assoiffés de dollars ? Spéculation sur l’ivoire en partance pour la Chine ? Seule la savane sait… Surtout lors des nuits de pleine lune, quand barrit sans cesse un jeune éléphant solitaire et désorienté…

Un jour défait, blanc, finit de se lever. L’air sent le métal surchauffé, celui des balles, celui de la tronçonneuse, une odeur de peau et de poils brûlés.

Mon avis

Court, incisif, Demande à la savane ne fait pas dans le détail.
C’est voulu. Jean-Pierre Campagne en a décidé ainsi.
Le Kenya passe pour être le paradis des animaux sauvages, protégés dans un grand parc. Malheureusement, la mondialisation rattrape ce havre de paix pour les animaux. Les Européens, les Chinois, tout le monde en veut à ce pays et à ses richesses.
Cœur Léger doit enquêter sur un massacre d’éléphants dans le Samburu park.
Mais il est rattrapé par un autre genre de massacre : un groupe de terroristes a assassiné les écoliers d’un pensionnat près du parc.
Rapidement, les deux affaires se rejoignent, et Cœur Léger se retrouve un plein milieu de cette enquête.
Tenant presque du journal de bord, Demande à la savane va à l’essentiel pour marquer profondément les esprits par son réalisme et son actualité brûlante.

Demande à la savane, Jean-Pierre Campagne, Jigal Polar, 152 pages, 17 euros.

1793, la Suède comme vous ne l’avez jamais lue

Que diriez-vous de passer une année en Suède, et de remonter le temps jusqu’en 1793?
1793, année funeste en France pour le roi et la reine.
Qu’en est-il de la Suède?
L’idéologie révolutionnaire y fait doucement son nid.
Mais ce qui nous occupe dans ce roman, c’est la découverte du corps mutilé d’un inconnu dans un lac de Stockholm.

Le pays est écrasé par les tensions à la suite de la mort du roi Gustav III. Les rumeurs vont bon train, faisant arriver la Révolution française jusqu’en Suède où chacun regarde l’autre comme un révolutionnaire en puissance.

C’est Jean Michael Cardell, soldat de la guerre russo-suédoise, qui va découvrir le corps mutilé. L’enquête est confiée à Cecil Winge qui, en plus de sa tuberculose, va devoir faire face à la corruption.

1793 est un roman dur, qui se lit d’une traite. L’histoire est tortueuse à souhait. Les différentes parties du roman apportent chacune leur pierre à cet édifice de cruauté et d’horreur. La vie quotidienne en Suède n’était pas réjouissante à l’époque. Niklas Natt Och Dag plonge ses lecteurs dans une histoire sans concession.

1793 est un très grand roman, qui va faire date parmi ce qui se fait en thrillers historiques.

L’auteur

Niklas Natt Och Dag est né en 1979. Il est issu d’une des plus anciennes familles de la noblesse suédoise. Natt Och Dag, peut se traduire par « Nuit et Jour ». L’origine de ce nom provient des armoiries familiales qui représentent un bouclier scindé horizontalement, en doré et en bleu. Quand il n’est pas en train de lire ou d’écrire, l’auteur s’adonne à une autre de ses passions, la musique. Il joue de la guitare, de la mandoline, du violon ou encore du shakuhachi, une flûte en bambou japonaise.

1793, Niklas Natt Och Dag, Sonatine, 448 pages, 22 euros. Disponible en numérique.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén