Tu entreras dans le silence

 

Résumé

Avril 1916. Les 11000 hommes de la première Brigade russe débarquent à Marseille où ils seront acclamés avant d’être envoyés sur le front de Champagne et le Chemin des Dames. Kolya, l’anarchiste amoureux de la France, Slava, le meurtrier d’un bourgeois moscovite, Iouri, obsédé par une étrange vengeance, et Rotislav, qui lui n’avait rien demandé, y partagent souffrances, angoisses et espoirs. C’est là que leur parviennent les premiers échos de la révolution russe. S’ensuivent les premières mutineries et la déportation des fauteurs de troubles au camp de la Courtine dans la Creuse.

Kolya ne rêve que de filer vers Marseille pour rejoindre la Révolution à Moscou en y entraînant ses frères de combat. Y parviendra-t-il ? Quels impacts laisseront ces années laminées par la barbarie d’une guerre et l’utopie d’une révolution sur ces amis ?

Mon avis

Dans ce roman, Maurice Gouiran s’attache à un pan de notre histoire peu connu : l’arrivée des soldats russes pendant la guerre, en 1916.
Bien sûr, il est question de la Première Guerre mondiale, des horreurs du front, de l’engagement de soldats, d’individus, dans une guerre qui n’est pas la leur.
Roman noir historique, Tu entreras dans le silence dresse le portrait de ces Russes rattrapés par l’Histoire. Loin de leur pays, il assistent impuissant à la Révolution bolchévique.
On suit Kolya et ses compagnons depuis leur départ de la Russie tsariste jusqu’à leur arrivée en France, leurs combats, leur résistance et leur retour au pays. Il y a du Dostoïeski dans ces personnages ; du tragique « à la russe ».

Maurice Gouiran excelle ici aussi, comme il le fait dans la série des Clovis Narigou. L’auteur, comme à son habitude, n’hésite par à intégrer à son roman une vision critique de l’époque dans laquelle se déroule l’action.
Indispensable à lire, Tu entreras dans le silence est bien plus qu’un roman noir, il donne à réfléchir sur le passé et sur notre époque, sur l’engagement, la liberté individuelle.

Tu entreras dans le silence, Maurice Gouiran, Jigal Polar, 296 pages, 19 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *