Les Bracas, de Dylan Pelot

Résumé (source éditeur) Sacha a deux passions : les séries Z et ses effets spéciaux monstrueux, réalisés dans le garage sur fond de hard-rock, avec sa

Les Bracas, de Dylan Pelot
Les Bracas, de Dylan Pelot

bande. Ses potes, c’est toute sa vie. Il y a Pilpoil, Zinzin, P’tit Ji, Fox et Taquet. Les inséparables Bracas, connus pour leur imagination fulgurante… telle la météorite qui a jadis fendu le ciel vosgien, au-dessus de leur village.
L’hiver sera consacré à leur court-métrage, un film d’horreur qui doit marquer les esprits. Mais bientôt des forces surnaturelles se manifestent et Sacha perd pied : sa maison est visitée en son absence, des objets changent de place, on touche aux toiles de son père décédé…
Les regards se tournent alors vers Milo, l’Italien qui vit reclus avec son chien-loup à l’orée des bois.

L’auteur

Dylan Pelot était illustrateur, plasticien, musicien et écrivain. Diplômé des Beaux-Arts, il enseignait en qualité de professeur ès monstres à Nancy, où il avait sa résidence artistique. Il a publié de nombreux ouvrages pour la jeunesse, en tant qu’illustrateur et auteur. Pendant plus de dix ans, il s’est consacré à l’étude du cinéma dit « bis ». Les éditions Fluide Glacial ont publié le résultat de ses travaux, Les Grands Succès du cinéma introuvable, un extraordinaire florilège d’affiches de films réinventés.

Foudroyé en janvier 2013 par une attaque cérébrale, Dylan Pelot est décédé à 44 ans, laissant dans les mémoires le souvenir d’un virtuose d’une sensibilité et d’une gentillesse inégalables.

Mon avisTouche à tout de génie, Dylan Pelot a signé un roman épique, une sorte de « goonies » français bien réussi. Le style de D. Pelot et l’histoire sont tellement universels, qu’on a tous été, un jour ou l’autre, dans une bande de Bracas, écoutant du hard rock, aimant les films d’horreur et prêts à croire à toute histoire fantastique.

C’est toute une époque aujourd’hui disparue : celle des VHS, des walk-man, les groupes de hard-rock des années 1980, notamment Metallica dont c’était le début de la carrière.

Parfois un peu brouillonne, l’histoire est à l’image de ces ados bouillonnants.

Une très belle lecture.

Bragelonne, 380 pages, 20 euros.

Philippe Georget et son policier Catalan

Philippe Georget a conquis son public avec trois romans récompensés par des prix littéraires qu’il collectionne. Rencontre avec un écrivain talentueux du pays Catalan.   
Tout d’abord, pouvez-vous résumer votre parcours jusqu’à l’écriture ? Âgé de 53 ans, je suis journaliste dans l’audiovisuel public depuis 1988. J’ai d’abord travaillé dans …

La prophétie de Langley, Pierre Pouchairet

Résumé : Trader d’une des plus prestigieuses banques françaises, Ludovic d’Estre brasse chaque jour des millions d’euros… Issu de la bourgeoisie versaillaise, la vie a toujours souri à ce surdoué de la finance. Mais tout va basculer lorsque avec Reda Soulami, son fidèle collaborateur, Ludovic va s’intéresser à une transaction douteuse… …

Marquée à vie, Emelie Schepp

Résumé : Nörrkoping, l’hiver.

Marquée à vie. Emelie Schepp. Harper Collins Noir
Marquée à vie. Emelie Schepp. Harper Collins Noir

La procureure Jana Berzelius arrive sur la scène du meurtre d’un haut responsable de l’Immigration en Suède, assassiné dans sa maison, au bord de la mer Baltique. Le tueur n’a laissé aucune trace. Etrangement, les seules empreintes que l’on retrouve sont celles d’un enfant – or, la victime n’en a pas… Quelques jours plus tard, le meurtrier est identifié. Mais il est mort. On retrouve son corps sur un rivage désolé, l’arme tout près de lui. Il s’agit bien d’un enfant. Signe particulier, il présente sur la nuque une scarification énigmatique.
Ce nom, gravé grossièrement à même la chair, provoque brutalement chez l’impénétrable Jana, pourtant réputée insensible et glaciale, un véritable séisme intérieur. Car elle porte la même scarification à la base du cou. La marque d’un passé qui ne lui revient que par flashes incontrôlables…

Dans l’univers d’Emelie Schepp, le Nord ressemble moins à un tableau mélancolique qu’à un conte cruel d’Andersen.
Son héroïne n’est pas si éloignée d’une Reine des neiges contemporaine à qui l’on aurait planté dans le coeur un éclat de glace. Mais, à la différence de son modèle, Jana Berzelius interpelle et captive par le paradoxe qui la construit. Avec cette héroïne aux deux visages, qu’on n’attendrait pas dans un rôle de procureur,
Marquée à vie est plus qu’un thriller qui s’achève par la résolution d’un meurtre. Il entraîne le lecteur dans l’enquête d’une femme sur elle-même, sa traque de la petite fille qu’elle a été.

L’auteur: 

Née en Suède, à Motala, Emelie Schepp appartient à la nouvelle génération d’écrivains nordiques, celle qui a succédé à des auteurs mondialement connus, comme Stieg Larsson. Après avoir remporté un prix d’Art dramatique et travaillé dans la publicité, Schepp fait des débuts très remarqués avec Marquée à vie, le premier volume de sa série « Jana Berzelius ». Déjà vendue dans 27 pays à ce jour, cette trilogie a conquis 200 000 lecteurs rien qu’en Suède.

 

Mon avis : 

Avec ce roman, Emelie Schepp fait une belle entrée dans le monde du thriller. Ses personnages sont très réalistes et l’ambiance générale du roman convaincante. Une belle découverte.

 

Harper Collins Noir, 18,90€